Sélectionner une page

La Suisse n’a pas de matière première, elle doit investir dans le savoir

La Suisse doit sa prospérité à sa capacité d’innovation. Cette qualité nous la devons à nos ressources entrepreneuriales, académiques et humaines. Au niveau de la Confédération, les Ecoles polytechniques fédérales sont les navires amiraux de la recherche. C’est en 1855 déjà que la Confédération a fondé un institut « polytechnique » avec pour mission d’accompagner la transition vers l’industrialisation et former de la main-d’œuvre spécialisée […].

La finance durable fait partie d’une politique environnementale innovante

La définition d’une politique environnementale innovante et ambitieuse fait partie de mes priorités. La finance durable a toute sa place dans cette démarche qui doit se montrer incitative et non pas coercitive. Certains politiciens diabolisent systématiquement notre place financière, ce qui les rend incapables de réfléchir au rôle que ce secteur économique peut jouer dans la transition vers davantage de durabilité.

L’Europe des sciences

La Suisse vit du savoir et de l’innovation. Nos centres de recherches privés ou publics sont mondialement réputés. Cette excellence n’est pas le fruit du hasard. C’est avant tout parce qu’ils sont ouverts sur le monde et parviennent à attirer les meilleurs cerveaux au sein de nos hautes écoles.Ils sont productifs parce qu’ils interagissent avec les plus prestigieux centres de recherche à l’étranger.

La Suisse doit rester confiante et ouverte

Une bonne politique est celle qui s’inscrit dans le temps long et qui amène des réponses aux besoins de demain. À ce titre, il y a trois thématiques majeures et structurantes pour notre pays. Tout d’abord, il faut que la Suisse relève le défi climatique. La terre brûle au sens propre comme au sens figuré…

La Suisse et l’Union européenne, une communauté de destin

La Suisse, c’est un passé et une culture européenne. Nous sommes au cœur de l’Europe par nos frontières, par nos langues et par notre histoire. Si nous avons fait le choix de ne pas faire partie de l’Union européenne, nous sommes cependant totalement européens par notre façon de vivre et par les valeurs que nous défendons.

Qui pollue paie

Notre planète est menacée par le changement climatique et l’érosion de la biodiversité, nous en faisons tous les jours le constat. Le problème est planétaire. Il bouleverse notre environnement le plus direct. Au vu de l’urgence de la situation, il devient primordial de mettre en oeuvre une politique environnementale ambitieuse.

Pour une politique environnementale innovante et ambitieuse

Il faut le reconnaître, le PLR a souvent été en retard sur la question environnementale. Il a pris un nouveau tournant en juin dernier avec des objectifs clairs et ambitieux. J’en suis très satisfait. Si je suis élu au Conseil national le 20 octobre prochain, je m’engagerai pleinement en faveur d’une politique environnementale innovante et ambitieuse…

Le sens de mon engagement

Ça y est, c’est parti, la campagne pour le Conseil national est lancée.

Et dans ce premier blog, j’aimerais répondre à la question que vous vous posez peut-être : pourquoi m’engager ? Quel est le sens de cette démarche ?

Je suis un homme de conviction et d’action qui souhaite s’engager sans être spectateur, mais en acteur de notre destin commun.

Ne perdons pas de vue les enjeux immédiats

La campagne en vue du 1er tour des élections cantonales a permis d’aborder des thèmes chers aux Genevois-es comme les coûts de la santé, l’emploi, le logement et la mobilité. Ces grands sujets sont évidemment d’une importance cruciale pour permettre à chacun de pouvoir se déterminer en toute connaissance de cause. Mais il ne faut pas pour autant éluder des questions qui devront être abordées dès l’entrée en fonction de nos prochain(e)s élu(e)s.

Et si on parlait idées et logement ?

Au-delà de l’actualité mouvementée du Département de l’instruction publique et des maladresses de la Chancellerie, la dernière ligne droite de la campagne pour les élections cantonales donne fort heureusement aussi lieu à des débats d’idées. Dénués de parfum de scandale ou de sensationnel, et par conséquent moins en vue, ces échanges de fond sont néanmoins autrement plus utiles pour aider les Genevois(e)s à se déterminer en vue de l’importante échéance qui se profile.